EA Licencie et Maxis Arrête des Jeux Facebook : Analyse

electronic arts ea-logo-analyze

Au jour d’aujourd’hui, Electronic Arts passe un mauvais moment ; tout d’abord l’entreprise annonce une série de licenciements avec la fermeture de studios de développement, et puis Maxis s’apprête à mettre un terme à sa série de jeux sur Facebook.

 

Tout d’abord, les licenciements suivent la logique d’un changement de direction avec le départ le 30 mars dernier du PDG John Riccitiello et ses six ans de présence chez Electronic Arts. Cette transition est aussi une opportunité pour EA de se reconcentrer sur le développement sur consoles de nouvelle génération avec l’annonce de la PlayStation 4 tout en répartissant ses employés moins nombreux vers le développement de jeux sur plateformes mobiles.

EA mobile

Bien sûr, d’autres excuses viennent s’ajouter à ce scénario, avec la situation économique actuelle les joueurs ont tendance à sélectionner quels jeux ils souhaitent acheter alors qu’ils ont moins d’argent à dépenser pour leurs loisirs. Une partie de cette raison est vraie, une grande partie de la population a bien moins d’argent avec des jeux qui coûtent plus chers, ils doivent donc faire un choix sur quel jeu dépenser leur argent. De plus, les joueurs deviennent de plus en plus exigeant quand il en vient à parler de grosses licences développées par de grandes entreprises comme EA. Dans les récents évènements, les mauvais choix d’Electronic Arts a causé à l’entreprise beaucoup de tort. Pour exemple, il y a la fin des jeux Facebook de son studio Maxis qui, selon EA, connaissent une constante baisse de joueurs comme cela a pu être le cas chez d’autres éditeurs comme Zynga ; le véritable motif est que les utilisateurs de Facebook ne sont pas gands dépensiés lorsque l’on parle de micro-transactions, et même avec l’introduction d’objets sponsorisés le jeu n’a pas dû satisfaire les espoirs financiers d’EA. Ici encore nous pouvons voir à quel point cette entreprise préfère les chiffres financiers à l’intérêt provoqué chez ses joueurs. Tout ceci mène inévitablement à une augmentation constante de joueurs déçus et qui s’inquiètent du développement, du service après-vente et des problèmes liés aux protections DRM des jeux estampillés Electronic Arts ; voir ce que le fiasco SimCity a ajouté comme huile sur le feu de “déception” déjà bien parti.

Ce mouvement est d’autant plus visible qu’il est rendu manifest par une actualité marquante comme le vote sur le site internet The Consumerist afin d’élire la Pire Entreprise des États-Unis, et où Electronic Arts a été élu deux ans de suite. Cette protestation ne touche pas à ce que l’entreprise peut faire de “mal”, comme le pourrait une usine chimique néfaste pour l’environnement, mais elle soulève un point crucial des plaintes que peuvent avoir la communauté de joueurs : le fait qu’EA a laissé dériver ses fans depuis trop longtemps, pour se concentrer uniquement sur la partie financière de la commercialisation d’un jeu vidéo, effaçant peu à peu son rapport avec les joueurs. La déclaration faite suite à cette annonce par Peter Moore, Chef des Opérations de la compagnie, n’a pas aidé à faire passer cette punition si longtemps attendue. L’entreprise ne devrait pas se concentrer sur ce qu’elle “peut faire” mais sur ce qu’elle “doit faire” pour regagner la confiance et consolider ses liens avec la communauté de joueurs. Pour l’instant, EA se repose seulement sur ses franchises de superproductions et l’adaptation de titres plus anciens transférés sur des plateformes mobiles ou des réseaux sociaux.

Par exemple, , le prochain gros jeu d’Electronic Arts a été annoncé le mois dernier comme étant Battlefield 4, une démonstration du nouveau moteur de jeu Forstbite 3 développé par le studio Dice. Ce fabuleux moteur richement développé mis à part, et selon les rumeurs qui circulent sur internet, ce nouveau titre devrait inclure le mode “Commander” perdu depuis Battlefield 2142. ; ainsi Battlefield 4 risque de ne pas ébranler les bases de la série Battlefield, et il n’ajoutera sûrement pas d’éléments innovants au genre du jeu de tir à la première personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *